[Journée d’échanges : développer la coopération entre structures] Samedi 21 novembre 2020

Partage et échanges sur les points clés explorés avec le Grenade et mise en perspectives avec nos réalités locales.

Sur inscription, gratuit. Contact : contact@essentiel-ploermel.fr – 06 41 54 85 70

Lieu : Univers du Poète Ferrailleur La Ville Stéphant à Lizio

Samedi 21 novembre 2020 de 10h à 16h (prévoir son pique-nique !)

[Les Blablas de l’ESS] Mardi 17 novembre 2020

Invité.e.s : Maud LE GUEVEL et Marco DELLA CORTE de la SCIC le Grenade GRoupement d’ENtreprises Alternatives en DÉveloppement

Soirée de présentation et d’échanges avec la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) le Grenade.

Basé en Isère, le Grenade fonctionne sur des principes autogestionnaires et de gouvernance collective , engagé dans la transition écologique, avec pour particularité d’accompagner ses salariés-associés à la création de leur coopérative.

Le groupement regroupait à la base 3 SCOP (une épicerie et deux bars-restaurants), il en regroupe aujourd’hui 7 et a permis la création de 51 emplois !

Mardi 17 novembre de 18h à 21h – Estaminet du Champ Commun à Augan

En partenariat avec Timbre FM qui sonorise et enregistre les échanges que nous pouvons ainsi retrouver en podcast sur www.essentiel-ploermel.fr et sur www.timbrefm.fr

Ouvert à toutes et tous – Entrée libre

[Marché de la gratuité ] Samedi 21 novembre 2020

Organisé par le Système d’Échange Local de Guer SeLiguer, salle de la Gare à Guer de 10h à 16h.

Ce marché, appelé aussi gratiferia dans le sud, a pour but de donner une seconde vie aux objets, sans échanges d’argent ou contrepartie.

Contact : 06 62 47 30 41 / francoise.pele0186@orange.fr / isnardjacques0607@orange.fr

[Théâtre : L’homme colère] Samedi 7 novembre 2020

« L’homme colère » est l’histoire d’un comédien – danseur, Joël Perruche.Très choqué après les attentats de Charlie Hebdo, il a voulu porter à la scène la colère qui s’est alors réveillée en lui et qu’il n’avait jamais osé exprimé jusqu’à ce jour.

La colère monte, autour de nous, de part le monde. La colère monte et la plupart du temps, nous ne le voyons pas. Nous n’en avons même pas conscience. Les frustrations, les injustices, les peurs,… sont devenues ardentes. Les départs de feux, au sens propre comme au sens figuré, se multiplient. Et nous ne faisons rien… Il y a vraiment de quoi se mettre en colère. Mais comment ? Comment se mettre en colère quand on ne l’a jamais fait ? Comment rompre avec sa bonhommie naturelle sans que cela ne devienne destructeur ? Comment la raison peut-elle se nourrir de cette pulsion sans se perdre ?

Sur une écriture et une mise en scène de Laurent Voiturin, accompagné du musicien Glen Doujet, Joël Perruche remonte aux origines intimes de sa colère puis fait tout le parcours à l’envers. Il nous invite à retrouver le sourire tout en regardant la vie bien en face.

Samedi 7 novembre 2020, 20h30 Salle des Fêtes de Ploërmel

Contact : 06 51 14 03 95 / laurent_voiturin@hotmail.com

[Pour une Sécurité Sociale de l’Alimentation ] Table ronde le 7 novembre 2020

Réseau Salariat 56, l’association le Réveil Sonne et la compagnie du Bien Heureux organisent le samedi 7 novembre 2020, de 16h à 18h30 à la Salle des Fêtes de Ploërmel, une table ronde « Pour la création d’une Sécurité Sociale de l’Alimentation ».

Entrée libre et gratuite. Contact : 06 51 14 03 95

[ 3° Rencontres nationales de l’Agora des Colibris ] 2 et 3 octobre à Guipel (35)

Deux jours de rencontres, de conférences et d’ateliers participatifs pour produire et apprendre des connaissances autour de l’installation en zone rurale.

Venez pour un atelier, une matinée, une journée entière ou pour les 2 jours entiers ! Les prix sont libres et des repas sont possibles sur place.

4 grands thèmes seront abordés :

  • Réussir son projet de territoire grâce à la coopération des acteurs
  • Construire la résilience des territoires
  • Et si l’inclusion sociale était un gage de réussite pour une bonne installation en campagne…?
  • Retours d’expériences sur la construction de territoires plus résilients

Organisé par l’Agora des Colibris en partenariat avec BRUDED, la commune de Guipel et une vingtaine de structures du développement local rural.

L’événement aura lieu à la salle des loisirs de Guipel, rue du stade (carte disponible ici)

Programme complet et inscription

Édito

Il ne se passe pas d’heure sans que les médias nous abreuvent d’informations concernant la crise sanitaire. De quoi nous parle-t-on alors ? De notre santé ou de notre sécurité pour laquelle ce méchant virus est une menace venant rejoindre la liste de toutes ces « violences » que nous devons affronter et qui légitiment des décisions mettant en cause notre liberté en doutant de notre capacité à les affronter.

Quel que soit le domaine, l’accumulation des données et des chiffres ne nous apporte aucune certitude si ce n’est la conviction que le pire est possible et que la méfiance vis-à-vis de l’autre est indispensable.

Alors quand on sait que la confiance est la condition sine qua non de tout contrat, il ne fait pas de doute que ce qui est en train de se mettre en œuvre, entre les menaces d’épidémie virale ou d’ensauvagement, c’est le début d’une remise en cause de notre contrat social et donc de la base de notre vivre ensemble.

Comme pour le confinement, on peut penser que nous, ruraux, sommes privilégiés par rapport aux habitants des villes qui ne connaissent pas les personnes qu’ils croisent et même parfois leurs voisins. Alors, faute de relations, faute de prévenance réciproque, c’est de la surveillance qu’il faut.

Pourtant c’est de l’anticipation qu’il faudrait. Et cela s’appelle aussi de la prévoyance ou de la prévention mais on en arrive à un dilemme que l’on semble ne dépasser que quand il est trop tard et qu’on en est aux regrets.

Les politiques préventives se heurtent toujours à une difficulté majeure, celle de la preuve de leur efficacité, d’autant que, dans notre société, la preuve majuscule est forcément quantitative car, c’est bien connu : les chiffres « ne mentent pas ».

Mais alors comment estimer l’incidence d’événements qui n’auront pas lieu et, s’agissant de la santé, l’économie – puisque ces chiffrages sont aussi d’abord financiers – réalisée du fait de l’empêchement de la maladie ?

Faut-il d’ailleurs seulement penser ainsi quand on connaît la définition de la santé retenue par l’OMS ?

« Un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » et qui représente « l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soit sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale ».

Prenant cela en compte, on peut se demander s’il n’y aurait pas lieu de changer le nom de notre ministère de la santé pour en faire un ministère de la maladie qui serait plus en phase avec sa vraie mission, cristallisée actuellement dans la lutte contre la pandémie.

Et dans ce cadre, il semblerait que le masque soit un des outils les plus efficaces de prévention justement, alors pourquoi ne pas le diffuser gratuitement ? Cela serait trop compliqué à gérer ? Cela coûterait trop cher ? Mais, encore une fois, quelles économies objectives un tel dispositif pourrait permettre en évitant la maladie ?

De plus, la situation que nous vivons toutes et tous fait émerger d’autres questions importantes et tout aussi casse-pieds.

Savez-vous pourquoi les complémentaires santé, qui pour beaucoup sont des mutuelles et relèvent donc de l’économie sociale et solidaire, risquent d’être visées par un nouvel impôt ? Eh bien tout simplement parce que les françaises et les français ayant moins consulté leurs médecins durant le confinement, elles ont fait de substantielles économies. Curieusement, cela signifierait-il que les gens ont été moins malades pendant la pandémie ?

Bien sûr que non et c’est une idée ridicule mais si le service n’est pas accessible pour cause d’engorgement hospitalier par exemple, il faut remettre les examens et les traitements. On peut alors penser que les pathologies seront plus graves et les soins plus coûteux du fait du retard, quid des économies ? Encore qu’il est des cas qui n’auront plus besoin d’être traités…

Par ailleurs, en santé comme en d’autres secteurs, le pic de crise que nous avons vécu avec le contingentement nous a appris combien la proximité des productions et des services était importante, que les concentrations de populations étaient des facteurs d’amplification notables des phénomènes. On nous disait que l’on saurait tenir compte de ces enseignements, alors pourquoi maintient-on le principe de la disparition des services hospitaliers de proximité ?

Enfin, cette crise toujours nous a révélé l’importance essentielle de celles et ceux que l’on a appelé les « premiers de corvée ». Parmi eux, il y avait tous les agentEs hospitalierEs qui ont fait la preuve de leur professionnalisme et peut-être plus encore de leur engagement civique, mais n’était-ce pas également le cas de celles et ceux qui ont maintenus ouverts les services de première nécessité, assumant ainsi une mission essentielle mais aussi un risque dont ils avaient conscience ?

Alors si la mission de ces personnes est aussi essentielle, pourquoi faut-il que les revenus de la majorité d’entre-elles fassent parties des moins élevés et qu’il soit aussi difficile d’améliorer leurs conditions de vie avant de parler de leur pouvoir d’achat, ce qui ne devrait pas être assimilé ?

[ RéZolutions Numériques ] Vendredi 2 octobre à Pontivy

 RéZolutions numériques : accompagner les associations dans leur transition numérique !

Vendredi 2 octobre 2020 au Palais des congrès de Pontivy (place des Ducs de Rohan).  

Cette journée est organisée par le Mouvement Associatif de Bretagne, la Ligue de l’enseignement du Morbihan et la ville de Pontivy. Cet événement est gratuit et ouvert à toutes et tous, bénévoles, élu.e.s, salarié.e.s…

Au programme :

  • Conférence suivie d’un débat : Les enjeux de l’appropriation du numérique par les associations.
  • Table ronde : tiers lieux, quels nouveaux espaces de travail et de coopération ?
  • Des ateliers : les supports de communication numérique, la recherche de financements, les bonnes pratiques de l’internet, etc…
  • Un espace ressources sur les dispositifs et partenaires de l’accompagnement des associations.

Vous souhaitez participer à cette journée ? Inscrivez-vous ICI.

Vous souhaitez covoiturer ? faites le savoir sur cette plateforme.

 

[ Association Polen ] Reprise des activités !

Ateliers : bricolage, jardinage, apiculture, cuisine…

Actions citoyennes : mobilité, énergies renouvelables…

Vie associative : Assemblée Générale le 9 octobre 2020

Retrouvez toutes les infos sur www.polen.asso.fr

 

[ Mois de l’ESS ] Novembre 2020

Consultez l’agenda en ligne et faites votre programme
www.lemois-ess.org

Nouveau  Un filtre de recherche permet de cibler les évènements en webdiffusion (webinaire, streaming live, etc.)
 Les actus du Mois de l’ESS   Pour recevoir chaque semaine une sélection d’événements,  abonnez-vous à notre newsletter !