Soutien aux maraudes d’Utopia 56 Rennes [Covid-19]

Dans le cadre de la crise sanitaire qui s’abat sur tout le territoire et notamment à Rennes, l’association Utopia 56 a besoin de votre soutien pour continuer à faire des maraudes quotidiennes. Il reste encore de nombreuses personnes à la rue malgré le confinement. Leur mise à l’abri incertaine rend leur survie d’autant plus difficile que de nombreuses associations ont dû fermer leurs portes le temps de la quarantaine. Dans ce contexte, les équipes d’Utopia 56 Rennes ont décidé d’intensifier leurs maraudes et ont donc besoin de votre aide pour pouvoir continuer à assurer les stocks d’eau, de nourriture, de couvertures et de produits d’hygiène afin de les redistribuer aux personnes en situation de grande précarité.

Pour aider : http://www.utopia56.com/fr

Pour faire un don : https://www.helloasso.com/associations/utopia56/collectes/soutien-aux-maraudes-d-utopia-56-rennes-covid-19

Les dispositifs de soutiens pour les associations et les structures de l’ESS

Plusieurs plateformes et sites internet présentent les dispositifs mis en place au niveau national et régional pour tenter de répondre, au fur et à mesure qu’elles se présentent, aux difficultés auxquelles la plupart des structures de l’ESS sont confrontées.

Le réseau des pôles ESS bretons et la CRESS Bretagne effectuent un travail de veille à ce niveau,  voici quelques liens vers des sites repérés : 

La page dédiée sur le site de la CRESS Bretagne mise à jour très régulièrement avec les dernières informations à disposition pour les entreprises ESS bretonnes.

La page dédiée sur le site du Mouvement associatif concernant le secteur associatif

Le Haut-Commissariat à l’Economie Sociale et Solidaire et à l’Innovation sociale a mis en ligne une Cellule de liaison ESS – Covid-19 actualisée régulièrement. Cette cellule a pour but de recenser les mesures et informations à destination des entreprises de l’ESS dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.

Questionnaire : Covid-19, quels impacts sur votre association ?

Covid-19, quels impacts sur vos associations?

Le mouvement associatif a mis en place une enquête flash afin « d’analyser les impacts humains et économiques des circonstances actuelles, sur la situation des associations ; de préciser les moyens qui leur permettraient, à court et moyen terme, de les limiter. ». Les informations récoltées pourront ensuite être remontées par le Mouvement Associatif aux autorités publiques.

Répondre au questionnaire via ce lien : enquetesv2.recherches-solidarites.org/detail/COVID-19/

Dans ce contexte particulièrement difficile, le Mouvement Associatif réaffirme les valeurs qui fonde le monde associatif : solidarité, engagement, confiance, créativité… La crise actuelle va permettre d’inventer de nouveaux modes d’action et de partage, de nouvelles solidarités, pour lesquelles les associations seront au rendez-vous.

 

Du contenu en commun [les éditions du commun]

Le Pôle ESS’entiel Ploërmel salue l’initiative des éditions du commun ! Et pour que cela dure, abonnez-vous !

Des textes mis en ligne en intégralité :

Ces derniers jours, vous avez pu voir affluer sur l’internet de nombreuses propositions de contenu, de films, de séries à voir, ainsi que divers conseils ou suggestions pour faire « passer le temps ».
À notre échelle, nous avons également décidé de vous proposer des choses à lire et/ou à écouter pendant cette période de confinement, afin de contribuer à vous la rendre la plus supportable possible !
L’ensemble des contenus proposés ci-dessous est entièrement gratuit.

La communale, Marc Faysse (04/2019)

La Communale est un récit de vie, entre réel et fiction. Un parcours militant, radical. Une fureur de vivre portée au creux du ventre comme une charge explosive. Des choix comme des tickets de sortie que l’on brûle. Le combat et les questionnements d’une jeunesse contre un capitalisme débridé.
Que vous n’ayez pas encore lu ce premier roman de Marc Faysse, que vous souhaitiez le relire, ou encore le faire découvrir à quelqu’un, n’hésitez pas ! Il est désormais disponible et prêt à lire sur notre site.

Le travail du commun, Pascal Nicolas-Le Strat (02/2016)

Premier livre publié aux éditions du commun, ce texte explore plusieurs des questions qui s’ouvrent lorsque le commun est mis au travail. Comment instituer démocratiquement un commun ? Comment se décaler par rapport aux modèles dominants et rouvrir nos imaginaires ?
Toujours d’actualité (et même plus que jamais !), il témoigne de la volonté de faire ensemble, volonté indispensable à une vie plus juste et plus égalitaire, à tous les niveaux de nos vies.
Nous vous le proposons dorénavant en format epub du livre (qui apporte un confort de lecture supérieur au PDF) sur le site des éditions.

L’art de conter nos expériences collectives, Benjamin Roux (11/2018)

Nous vivons une époque qui accapare notre attention : les informations emplissent nos quotidiens, laissant éclater sous nos yeux une « guerre des récits », menée à grands renforts de storytelling.
L’auteur de ce texte pose un regard singulier sur les récits d’aujourd’hui, notamment pour propager cet « art de conter » dont le philosophe Walter Benjamin constatait déjà la disparition au début du XXe siècle. Pour tenter de comprendre pourquoi ces histoires alternatives peinent à nous parvenir, il part à la rencontre de dix collectifs expérimentant des rapports sociaux, politiques et des solidarités décalés des normes dominantes.
 Depuis sa publication papier, le livre de Benjamin Roux est également disponible en PDF ici.

Nous avons plus que jamais besoin de nos lecteur.rices et de leur soutien, et décidons donc de laisser ouverte notre campagne d’abonnement, qui nous assure une trésorerie indispensable. Nous vous invitons à en parler autour de vous, voire à y souscrire si vous en avez les moyens, et encore merci à celles et ceux qui s’y sont abonné·es !

 

[ Émission participative confinée ! ] Timbre FM

DU LIEN, DU LIEN DU LIEN !! Gardons le lien ! Malgré le fait que nous vivions tous et toutes un contexte ultra-particulier, et malgré que nous soyons confiné.e.s : continuons à partager, à nous exprimer et à créer… ensemble, plus que jamais ! Timbre FM vous propose donc de participer à son contenu d’antenne dans un format radio patchwork et participatif qui remplacera (le temps de la crise) les créneaux de notre habituelle émission « Le Timbre Du Coin ».

Les « Chroniques Des Confins » vous sont grandes ouvertes et n’attendent que votre participation !

Envoyez-nous des poèmes, des textes, des billets d’humeur, des correspondances, des productions sonores, des morceaux de musique, des coups de gueule, des coups de cœur, des témoignages de ce que vous êtes en train de vivre… Bref tout ce qui vous passe par la tête et par les tripes durant ce confinement, qui malheureusement risque de durer. Exprimez-vous à l’antenne, même si c’est à distance ! Tout ce que vous nous enverrez intégrera cette émission participative confinée : à l’antenne sur le 106.6 MHz (sur le pays de Guer) et en ligne sur le site de Timbre FM (www.timbrefm.fr) !

Alors c’est très simple, vous avez 4 choix (privilégiez des formats assez courts, quelque soit le choix) :

  • vous nous envoyez des enregistrements que vous avez fait de chez vous (par wetransfer, par exemple) – timbrefm@gmail.com
  • vous nous envoyez par mail des textes, des poèmes, des correspondances que nous lirons pour vous – timbrefm@gmail.com
  • vous enregistrez vous-même ce que vous voulez sur le répondeur téléphonique de la radio au 02.97.75.95.53
  • vous nous envoyez des musiques que vous venez de créer chez vous, ou simplement des demandes de morceaux que vous aimeriez entendre à la radio !

A vos envies, à vos idées !

Dès que nous aurons reçu de la matière de votre part, nous commencerons les diffusions (nous vous tiendrons au courant des créneaux horaires).

Courage à tous et toutes ! Prenez soin de vous et de vos proches et restez chez vous !!

On pense à vous !

Timbre FM

Édito mars 2020 : Qui aurait pu penser ?

Qui aurait pu penser ? Mais tout le monde bien sûr !

Qui aurait pu imaginer la situation dans laquelle notre pays, sa population comme par toute la planète, se découvrent depuis un peu plus d’une semaine ?

Quelques écrivainNEs de science-fiction l’avaient fait bien entendu mais ce n’était pas pour de vrai…

Faut-il que nous soyons ainsi reclus, menacés par un ennemi que nous ne voyons même pas pour nous rappeler les alarmes exprimées depuis des décennies ?

On faisait l’autruche, comme disaient nos grands-mères. On n’y croyait pas ou plutôt on ne voulait pas y croire parce que cela remettait en cause le bel ordonnancement d’un modèle d’efficacité qui s’était imposé sur toute la planète et soumettait tout à son règne.

Même si certains évoquent la possibilité que le virus qui nous agresse aujourd’hui soit le fruit de quelques folles manipulations de laboratoire, cette option ridicule n’invalide même pas le constat : c’est bien la nature qui manifeste sa puissance et nous rappelle notre place, notre dépendance.

Le confinement auquel nous sommes toutes et tous réduits incite à la réflexion et peut-être aussi à quelques salutaires prises de conscience.

Quand ce temps sera derrière nous, saurons-nous ne pas oublier ce que nous avons (re)découvert ?

Et notamment qu’à certaines échelles, on perd prise :

L’exploitation forcenée et irresponsable des ressources naturelles fait surgir les plus graves des dangers sanitaires.

Les villes et plus encore les métropoles concentrent les énergies et aussi les plus néfastes.

Les pièces pour réaliser une voiture viennent de 30 pays différents et s’il en manque une seule, c’est toute la production qui est bloquée et qu’il suffit d’un « grain de sable » pour désorganiser la globalisation.

Que nous sommes toutes et tous dépendants :

Les petites unités sont plus résilientes que les grandes.

La proximité est moteur de solidarité.

L’isolement des personnes âgées risque de leur être plus fatal que le virus lui-même.

Il est des gens qui n’ont même pas de refuge.

Que ce que l’on appelle maintenant l’économie s’est coupée de la vie :

Les premières alarmes sont venues du secteur boursier qui pourtant ne nous parlait pas de la potentielle disparition de millions d’êtres humains mais de faillites parce que nos sociétés, devenues financières et spéculatives, n’y survivraient pas.

Qu’un déficit ne peut être un absolu car il est toujours relatif, que l’indispensable et l’essentiel ne sont pas que des adjectifs et qu’ils doivent être raisonnés :

Particulièrement pour la santé et sa prise en charge par un service public proche et revalorisé mais aussi, plus largement, tous ceux qui prennent soin de missions qui n’ont pas de prix.

Mais aussi, saurons-nous nous souvenir qu’en ces jours :

On a (ré)entendu le chant des oiseaux.

En quelques semaines, la pollution aérienne semble fortement diminuée.

En quelques jours, l’eau des canaux de Venise et sa faune paraissent régénérées.

On a pu comprendre qu’être ensemble est une chance mais aussi une nécessité.

Oui, nous vivons une crise et on peut se demander s’il est important de savoir si elle est ou non plus grave que les précédentes.

Par contre, il est déterminant de se rappeler l’étymologie de ce mot et le verbe grec krinein qui signifie séparer, choisir, juger ou décider. La krisis désignait donc le choix et c’est à l’évidence notre mission dans la crise présente.

 

 

[ Offres d’emplois dans l’ESS ] une page Facebook dédiée

Le réseau des pôles ESS bretons et la CRESS Bretagne vous proposent de retrouver les offres d’emplois des acteurs de l’ESS bretons sur une page Facebook : https://www.facebook.com/groups/191216792285813/

Le Pôle ESS’entiel Ploërmel continuera néanmoins à relayer les offres locales dans son infolettre mensuelle.

>>> CPIE Forêt de Brocéliande Concoret : un(e) animateur(trice) EEDD avec expérience significative CDD 4 mois – 28h / semaine BAFA obligatoire – BAFD fortement apprécié – Candidature (CV + lettre de motivation) à envoyer uniquement par E-mail avant le 31 mars 2020 :coordination.pedagogique-cpie@orange.fr

 

[ Jeudi 5 mars 2020 ] CIGALES cherchent fourmis

Simultanément à Rennes et Brest de 16h00 à 20h00
Dans le cadre de la Journée internationale pour les droits des femmes, les associations CIGALES de Bretagne et Entreprendre Au Féminin en Bretagne organisent une opération « CIGALES cherchent fourmis » dédiée à l’entrepreneuriat féminin.  Les CIGALES sont des clubs d’investisseurs citoyens.
L’objectif ? Accueillir, dans le cadre d’une première prise de contact, des porteuses d’un projet en économie sociale et solidaire recherchant des financements, et ce, qu’importe le niveau d’avancement du projet (idée, recherche de fonds, développement, …).
Infos – inscriptions : contact@cigales-bretagne.org
 

[ Collectif RUMEX ] constitution d’un GFA citoyen à Concoret

Le collectif RUMEX  lance un appel pour la constitution d’un GFA citoyen pour l’acquisition de terres agricoles sur la ferme de la Bouvrais à Concoret.

« Sur cette ferme nous souhaitons être les plus autonomes possible et développer nos activités en cohérence les unes avec les autres dans le respect du vivant et de ce qui nous entoure. Les notions de solidarité, d’entraide et d’écologie sont au centre de notre projet. Nous imaginons tout cela comme un projet de vie et de travail collectif et autogéré, ancré dans le territoire, ouvert sur l’extérieur.
Plus concrètement nos activités s’organiseront comme telles :

  • Erwan et Léa seront référent.e.s de l’activité de maraichage sur une surface de 1ha avec au moins deux tunnels maraîchers. Nous comptons produire une gamme de légumes diversifiée sur toutes les saisons. Nous travaillons dans le respect du sol, avec des techniques de réduction de travail du sol (non-labour, planches permanentes, paillage végétal permanent…), uniquement avec des semences paysannes et sans produits chimiques et de synthèse. Par ailleurs nous poursuivrons notre travail d’adaptation et de sélection de nos semences.
  • Justin quant à lui compte développer une activité de transformation fromagère avec un troupeau mixte de brebis et de vaches de races rustiques. La conduite de ces troupeaux en pâturage intégral nous permettra de valoriser les prairies de la ferme qui ne sont pas adaptées au maraîchage.
  • Nous cultiverons aussi 2 à 3 hectares de céréales et de légumineuses qui nous permettront d’une part de mener à bien nos rotations, mais aussi de produire de la paille pour nos animaux et d’avoir des productions complémentaires aux légumes.
  • Sur du long terme nous pensons aussi développer de petits ateliers autour des fruits et des volailles.
  • Nous pensons aussi profiter des grands espaces bâtis de cette ferme pour en faire un lieu de convivialité, d’accueil, de découverte et d’apprentissages. »

Pour en savoir plus sur le projet : Appel à soutien pour la ferme du Rumex !

[ Timbre FM s’expose ! ] à Guillac

Une exposition Photo timbrée à se mettre dans les mirettes !
C’est cette fois-ci, c’est au Café de la Forge à Guillac que vous pourrez découvrir la radio en images !

Venez nombreux et nombreuses !

L’exposition sera visible jusqu’au 06 Mars 2020.