[ 3° Rencontres nationales de l’Agora des Colibris ] 2 et 3 octobre à Guipel (35)

Deux jours de rencontres, de conférences et d’ateliers participatifs pour produire et apprendre des connaissances autour de l’installation en zone rurale.

Venez pour un atelier, une matinée, une journée entière ou pour les 2 jours entiers ! Les prix sont libres et des repas sont possibles sur place.

4 grands thèmes seront abordés :

  • Réussir son projet de territoire grâce à la coopération des acteurs
  • Construire la résilience des territoires
  • Et si l’inclusion sociale était un gage de réussite pour une bonne installation en campagne…?
  • Retours d’expériences sur la construction de territoires plus résilients

Organisé par l’Agora des Colibris en partenariat avec BRUDED, la commune de Guipel et une vingtaine de structures du développement local rural.

L’événement aura lieu à la salle des loisirs de Guipel, rue du stade (carte disponible ici)

Programme complet et inscription

Édito

Il ne se passe pas d’heure sans que les médias nous abreuvent d’informations concernant la crise sanitaire. De quoi nous parle-t-on alors ? De notre santé ou de notre sécurité pour laquelle ce méchant virus est une menace venant rejoindre la liste de toutes ces « violences » que nous devons affronter et qui légitiment des décisions mettant en cause notre liberté en doutant de notre capacité à les affronter.

Quel que soit le domaine, l’accumulation des données et des chiffres ne nous apporte aucune certitude si ce n’est la conviction que le pire est possible et que la méfiance vis-à-vis de l’autre est indispensable.

Alors quand on sait que la confiance est la condition sine qua non de tout contrat, il ne fait pas de doute que ce qui est en train de se mettre en œuvre, entre les menaces d’épidémie virale ou d’ensauvagement, c’est le début d’une remise en cause de notre contrat social et donc de la base de notre vivre ensemble.

Comme pour le confinement, on peut penser que nous, ruraux, sommes privilégiés par rapport aux habitants des villes qui ne connaissent pas les personnes qu’ils croisent et même parfois leurs voisins. Alors, faute de relations, faute de prévenance réciproque, c’est de la surveillance qu’il faut.

Pourtant c’est de l’anticipation qu’il faudrait. Et cela s’appelle aussi de la prévoyance ou de la prévention mais on en arrive à un dilemme que l’on semble ne dépasser que quand il est trop tard et qu’on en est aux regrets.

Les politiques préventives se heurtent toujours à une difficulté majeure, celle de la preuve de leur efficacité, d’autant que, dans notre société, la preuve majuscule est forcément quantitative car, c’est bien connu : les chiffres « ne mentent pas ».

Mais alors comment estimer l’incidence d’événements qui n’auront pas lieu et, s’agissant de la santé, l’économie – puisque ces chiffrages sont aussi d’abord financiers – réalisée du fait de l’empêchement de la maladie ?

Faut-il d’ailleurs seulement penser ainsi quand on connaît la définition de la santé retenue par l’OMS ?

« Un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » et qui représente « l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soit sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale ».

Prenant cela en compte, on peut se demander s’il n’y aurait pas lieu de changer le nom de notre ministère de la santé pour en faire un ministère de la maladie qui serait plus en phase avec sa vraie mission, cristallisée actuellement dans la lutte contre la pandémie.

Et dans ce cadre, il semblerait que le masque soit un des outils les plus efficaces de prévention justement, alors pourquoi ne pas le diffuser gratuitement ? Cela serait trop compliqué à gérer ? Cela coûterait trop cher ? Mais, encore une fois, quelles économies objectives un tel dispositif pourrait permettre en évitant la maladie ?

De plus, la situation que nous vivons toutes et tous fait émerger d’autres questions importantes et tout aussi casse-pieds.

Savez-vous pourquoi les complémentaires santé, qui pour beaucoup sont des mutuelles et relèvent donc de l’économie sociale et solidaire, risquent d’être visées par un nouvel impôt ? Eh bien tout simplement parce que les françaises et les français ayant moins consulté leurs médecins durant le confinement, elles ont fait de substantielles économies. Curieusement, cela signifierait-il que les gens ont été moins malades pendant la pandémie ?

Bien sûr que non et c’est une idée ridicule mais si le service n’est pas accessible pour cause d’engorgement hospitalier par exemple, il faut remettre les examens et les traitements. On peut alors penser que les pathologies seront plus graves et les soins plus coûteux du fait du retard, quid des économies ? Encore qu’il est des cas qui n’auront plus besoin d’être traités…

Par ailleurs, en santé comme en d’autres secteurs, le pic de crise que nous avons vécu avec le contingentement nous a appris combien la proximité des productions et des services était importante, que les concentrations de populations étaient des facteurs d’amplification notables des phénomènes. On nous disait que l’on saurait tenir compte de ces enseignements, alors pourquoi maintient-on le principe de la disparition des services hospitaliers de proximité ?

Enfin, cette crise toujours nous a révélé l’importance essentielle de celles et ceux que l’on a appelé les « premiers de corvée ». Parmi eux, il y avait tous les agentEs hospitalierEs qui ont fait la preuve de leur professionnalisme et peut-être plus encore de leur engagement civique, mais n’était-ce pas également le cas de celles et ceux qui ont maintenus ouverts les services de première nécessité, assumant ainsi une mission essentielle mais aussi un risque dont ils avaient conscience ?

Alors si la mission de ces personnes est aussi essentielle, pourquoi faut-il que les revenus de la majorité d’entre-elles fassent parties des moins élevés et qu’il soit aussi difficile d’améliorer leurs conditions de vie avant de parler de leur pouvoir d’achat, ce qui ne devrait pas être assimilé ?

[ RéZolutions Numériques ] Vendredi 2 octobre à Pontivy

 RéZolutions numériques : accompagner les associations dans leur transition numérique !

Vendredi 2 octobre 2020 au Palais des congrès de Pontivy (place des Ducs de Rohan).  

Cette journée est organisée par le Mouvement Associatif de Bretagne, la Ligue de l’enseignement du Morbihan et la ville de Pontivy. Cet événement est gratuit et ouvert à toutes et tous, bénévoles, élu.e.s, salarié.e.s…

Au programme :

  • Conférence suivie d’un débat : Les enjeux de l’appropriation du numérique par les associations.
  • Table ronde : tiers lieux, quels nouveaux espaces de travail et de coopération ?
  • Des ateliers : les supports de communication numérique, la recherche de financements, les bonnes pratiques de l’internet, etc…
  • Un espace ressources sur les dispositifs et partenaires de l’accompagnement des associations.

Vous souhaitez participer à cette journée ? Inscrivez-vous ICI.

Vous souhaitez covoiturer ? faites le savoir sur cette plateforme.

 

[ Association Polen ] Reprise des activités !

Ateliers : bricolage, jardinage, apiculture, cuisine…

Actions citoyennes : mobilité, énergies renouvelables…

Vie associative : Assemblée Générale le 9 octobre 2020

Retrouvez toutes les infos sur www.polen.asso.fr

 

[ Mois de l’ESS ] Novembre 2020

Vous organisez des événements, une rencontre, une manifestation, des portes-ouvertes, des formations… en novembre prochain ? Vos activités sont en lien avec les thèmes de l’environnement, de l’alimentation, de la solidarité, de la culture, de l’économie sociale et solidaire..?

Alors nous vous proposons d’inscrire vos évènements sur la plateforme du Mois de l’ESS

>>> rdv sur : https://www.lemois-ess.org/

Une fois votre compte créé, vous pourrez inscrire tous les évènements prévus en les reliant aux différentes thématiques du Mois de l’ESS.

Les évènements, une fois validés, seront visibles sur la plateforme. Une carte de France permettra également à l’ensemble des utilisateurs et utilisatrices de visualiser les évènements près de chez eux.

ATTENTION : SEULS LES ÉVÉNEMENTS INSCRITS AVANT LE 27 SEPTEMBRE POURRONT FIGURER DANS LE SUPPORT IMPRIMÉ. LES AUTRES SERONT VISIBLES VIA LES RÉSEAUX SOCIAUX, PAR NEWSLETTER ET SUR LE SITE DU MOIS.

 

[ Financer son projet ] Mardi 6 octobre 2020 de 17h30 à 20h à Locminé

Mardi 6 octobre 2020 de 17h30 à 20h, au Hub Enerco à Locminé.

Rencontre avec des partenaires financiers de projets ESS : que vous soyez en phase de réflexion, d’émergence, de création ou de développement, nous vous proposons une soirée pour découvrir les possibilités de financement pour votre projet, association ou entreprise et entrer directement en contact avec plusieurs de vos futurs partenaires financeurs

Cette soirée se déroulera en présence de l’Adie, les Cigales de Bretagne, le Crédit Coopératif, le Crédit Mutuel de Bretagne, France Active Bretagne, Initiative Pays de Pontivy, Kengo, la NEF.

Pour participer, merci de vous inscrire via ce lien (inscription obligatoire) :
https://frama.link/Inscription-soiree-financer-son-projet-ESS

 

 

[ Plourhan : un « agri-bourg » vivant ] Visite le vendredi 2 octobre 2020

La commune de Plourhan (2000 habitants) fait le pari d’un développement original,  s’appuyant sur son agriculture et en délaissant les lotissements standards synonymes d’étalement urbain.

La collectivité saisit l’opportunité d’un espace agricole exceptionnel de près de 5 hectares, laissé vide en centre bourg suite au départ à la retraite de l’exploitant.

Les élus imaginent alors un projet de centre-bourg qui se base sur ses caractéristiques paysagères locales et sa vocation agricole pour le transformer en un modèle de développement rural durable pour les années à venir.

Le projet s’appuie sur une économie agricole rapprochant l’habitant d’une production locale respectueuse de l’environnement et de la santé, support de développement de rapports sociaux intergénérationnels renforcés.

La rencontre dure environ 3h00. Le projet sera présenté en salle, suivi d’une déambulation dans le bourg.

Org. Réseau rural

Pour plus d’informations : Camille MENEC (BRUDED) – c.menec@reseaurural.bzh – 07 68 40 68 01 

Inscription indispensable

Vendredi 2 octobre 2020 – 9h30 à 12 h30 à Plourhan (22)

[ Formation ] ESS’entiel Ploërmel invite Le Grenade

« Faire vivre le fonctionnement démocratique et coopératif dans sa structure » – Formation du mercredi 18 au vendredi 20 novembre – Augan (56)

Plusieurs structures associatives et coopératives du territoire fonctionnent depuis de nombreuses années ou au contraire découvrent les particularités de la gestion collective.

Cette gestion implique une responsabilité partagée entre administrateur-trice.s, associé.es, salarié.e.s.

Elle induit des modalités de concertation, des espaces de prise de décision et une gestion du temps et des postures qui ne sont parfois pas évidents et si naturels par rapport aux modèles « dominants ».

Par ailleurs, selon l’activité de la structure (animation, culture, commerce, restauration, social, artisanat, agriculture…) l’articulation de ces modes d’organisations et le quotidien des métiers est parfois complexe.

ESS’entiel Ploërmel vous propose un temps dédié à ces questions, sous la forme d’une formation de 3 jours, avec la SCIC le Grenade.

L’objectif est de travailler ensemble à une montée en compétence collective : pour les salarié.e.s, les bénévoles, les associé.e.s,  pour les structures et pour la dynamique locale !

C’est également une proposition de prendre le temps, entre organisations locales, de mieux nous connaître, de nous soutenir mutuellement, de nous organiser sur le territoire.

Pour qui ? (Pas de pré requis particuliers)

  • Salarié.es d’associations et de coopératives
  • Salarié.es – administrateur-trices d’associations
  • Salarié.es – associées de coopératives
  • Gérant.es de coopératives, coordinateur.rice.s et directeur.rice.s d’associations
  • Associé.e.s et membres de coopératives

Où et quand ?

Le Champ Commun – 1 rue du Clos Bily 56800 AUGAN –Du mercredi 18 au vendredi 20 novembre 2020 (21 h de formation)

Tarif :

360 € / personne pour les 3 jours

Possibilités de financements : merci de vous pré-inscrire au plus vite afin de pouvoir accomplir les démarches.

  • Si vous êtes salarié.e : votre employeur cotise à un fonds de formation qui peut financer cette formation à la demande de l’employeur.
  • Si vous êtes demandeuse ou demandeur d’emploi : Pôle Emploi peut participer au financement de formations avec l’AIF (aide individuelle à la formation). Il faut que la formation demandée soit clairement en lien avec votre projet personnalisé d’accès à l’emploi. Vous aurez un formulaire à remplir et votre demande devra être validée par votre conseillère.
  • Artisan.e.s / Agriculteur.rice.s : à vérifier au cas par cas auprès des Fonds d’aides à la formation dont vous dépendez.

Informations et inscriptions : contact@essentiel-ploermel.fr / 06 41 54 85 70

Quelques mots sur le Grenade : www.le-grenade.fr

Il s’agit d’une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) qui a pour particularité d’accompagner ses salariés-associés à la création de leur coopérative : les activités développées au sein du groupement permettent de se former à la gestion, aux métiers (bar, épicerie, brasserie et toute activité artisanale) et le réseau, les associés et les éventuels bénéfices viennent aider à la réalisation de nouvelles coopératives.

Le Grenade fonctionne sur des principes autogestionnaires et de gouvernance collective , engagés dans la transition écologique.

Le groupement regroupait à la base 3 SCOP (une épicerie et deux bars-restaurants), il en regroupe aujourd’hui 7 et a permis la création de 51 emplois !

 

[ La Marmite ] le Cho’Bouillon

Pour tou-te-s les porteur/ses de projet désireux d’avancer sur leur idée d’activité ou de projet,  la Marmite vous invite pour débroussailler vos idées, aiguiller vos parcours, enrichir vos contacts !

Prochains RDV pour l’année 2020 :

Jeudi 15 octobre de 9h30 à 12h

Jeudi 19 novembre de 9h30 à 12h

Jeudi 10 décembre de 9h30 à 12h

à Bobéhec (La Vraie-Croix)

OUVERT À TOUTES ET À TOUS !

Cette matinée d’accueil remplace les rendez-vous individuels de porteurs de projet (réservés aux personnes en construction de projet ayant dépassé le stade d’émergence). Avec cette recette, nous retrouvons la dynamique de rencontre et d’échange à l’origine de l’association !

Merci de nous confirmer votre participation par mail pour une meilleure organisation au mail : lamarmite.asso@yahoo.fr

[ Agenda partagé automne et hiver 2020 ]

Cette année, nous proposons de recenser l’ensemble des manifestations, évènements, rencontres, et autres temps forts de la vie de vos organisations afin de réaliser un programme partagé, non seulement sur novembre – mois de l’ESS –  mais sur l’automne et l’hiver 2020.
Pourquoi ?
  • Parce que depuis le début du printemps, nous sommes nombreuses et nombreux à réagir, à écrire, à provoquer des rencontres, des échanges sur des sujets fondamentaux : alimentation, organisation de l’économie locale, écologie, culture… . Et que toutes ces initiatives doivent être visibles et connues !
  • Parce-que depuis longtemps des groupes réfléchissent et agissent et que chacun.e constate que même si cela est souhaitable,  il n’est pas simple de « connecter » toutes ces initiatives. Pourtant il semble que la période soit propice à une action plus collective ou pour le moins concertée.
  • Parce-que depuis des mois, le Pôle ESS constate à quel point habitant.es et association.s du  territoire œuvrent à trouver des solutions pour défendre l’intérêt général : santé, agriculture, emploi…
Vous êtes une association, une coopérative, un groupe de citoyen.nes, un service public ou une collectivité territoriale : envoyez vos infos à contact@essentiel-ploermel.fr ou via facebook : https://www.facebook.com/essentielploermel
 
Et si votre action se déroule en novembre : participez au Mois de l’économie sociale et solidaire.
L’inscription de votre  manifestation se fait en ligne sur http://www.lemois-ess.org
Pour télécharger le guide organisateur et rester informés, rendez-vous ici